bahai



La foi bahá'íe

flower

Le Conseil bahá'í du Québec


La foi bahá’íe était une religion encore peu connue il y a un siècle, même dans ce Proche-Orient qui vit naître toutes les religions monothéistes. Regroupant des hommes et des femmes de plus de 2 100 groupes ethniques, les bahá’ís sont peut-être aujourd’hui la collectivité humaine la plus diversifiée de la planète.

Avec des communautés dans au moins 205 pays et territoires indépendants, la foi bahá’íe est aujourd’hui, cent-cinquante ans après sa naissance, la deuxième religion la plus représentée sur le plan géographique après le christianisme. Les cinq millions de bahá’ís regroupent des individus de presque toutes les nationalités et classes sociales.


Bahá'u'lláh

Le fondateur de la foi bahá’íe est Bahá’u’lláh (1817-1892), noble persan, qui subit quarante années d’emprisonnement et d’exil. Il est pour les bahá’ís le plus récent messager de Dieu dans la lignée des éducateurs divins qui va d’Abraham à Muhammad, en passant par Krishna, Moïse, Bouddha, Zoroastre et le Christ.


L'unité des religions

L’unité de l’humanité est le thème central du message de Bahá’u’lláh. De l’unité de Dieu découle l’unité des religions du monde, qui incarnent l’immuable et éternelle foi de Dieu. L’humanité est promise à un avenir de paix où la diversité, cultivée et valorisée, sera un facteur d’harmonie et d’unité, et non de conflit et de guerre.

Les bahá’ís oeuvrent à l’établissement d’une société dont les principes de bases sont, selon des écrits saints de Bahá’u’lláh :



Nouvel ordre mondial

Au cours du siècle écoulé depuis la mort de Bahá’u’lláh, le processus d’unification mondiale auquel il appelle l’humanité a bien progressé. Au fil de l’histoire, les barrières traditionnelles entre les classes, les croyances, les ethnies et les nations tombent progressivement. Les forces à l’oeuvre, prédisait Bahá’u’lláh, donnéront finalement naissance à une civilisation universelle. Le principal défi à relever par les peuples de la Terre est de reconnaître l’unicité du genre humain et de travailler à la mise en place d’un nouvel ordre mondial.



Système administratif

Sans sacerdoce ni clergé, la communauté bahá’íe gère ses affaires grâce à un système administratif mondiale qui présente un réseau de conseils locaux et nationaux élus dans plus de 18 000 localités.



‘Abdu’l-Bahá et Shoghi Effendi

L’histoire de cette croissance est intimement liée à deux autres grandes figures de la foi bahá’íe : ‘Abdu’l-Bahá et Shoghi Effendi, qui ont successivement assumé la direction de la Communauté internationale bahá’íe après le décès de Bahá’u’lláh, en 1892.

Depuis 1948, la Communauté internationale bahá’íe est reconnue par l’Organisation des Nations Unies comme une organisation non-gouverementale (ONG). Depuis 1970, elle est dotée d’un statut consultatif auprès du Conseil économique et social (ECOSOC) et de l'UNICEF. Elle entretient aussi des relations de travail avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et est associée au Programme des Nations Unies pour l’environnement.

Pour nous contacter :

Service de téléphone automatisé : 1-800-433-3284
Pour obtenir de la documentation : Centre bahá'í, 75, rue d'Auteuil, Québec, QC G1R 4C3. Téléphone : 418-692-3955 ; télécopieur : 418-692-5884.


Courrier électronique : cliquez ici.

Envoyez-nous vos commentaires !


Autres ressources :


The Bahá'í Page at Sunsite
La Communauté internationale bahá'íe
True Seeker (Bahá'í Sacred Writings - Search)
L'Assemblée de Dorval